Sports olympiques:
la luge

20 janvier 2018

Chercheur en histoire du sport depuis 1995, Paul Foisy est l’auteur d’une biographie consacrée au marathonien Gérard Côté. Auteur de nombreux textes, il a collaboré au «Dictionnaire des Grands Oubliés du sport au Québec», publié en 2013 chez Septentrion.

La luge
Les compétitions de ce sport de glisse seront présentées du 10 au 15 février au Centre olympique de glisse situé sur l’un des deux sites, soit le pôle de montagnes de PyeongChang. Il y aura une compétition en simple hommes, en simple femmes, un double mixte et un relais par équipe.

En luge, les compétiteurs s’assoient sur leur traîneau ouvert fait de fibre de verre moulée, puis tiennent des poignées de glace et se balancent d’avant en arrière de façon à être prêts à s’élancer au signal de départ. Après s’être élancés, les lugeurs utilisent des gants à pointes sur la glace pour prendre un élan avant de se coucher sur le dos, les pieds allongés devant eux et la tête vers l’arrière pour atteindre la forme la plus aérodynamique possible. Les lugeurs pilotent leur luge en bougeant légèrement les jambes et les épaules. Pour freiner, ils s’assoient, baissent les jambes et tirent sur les patins du traîneau.

La luge est d’origine suisse. Elle apparait Europe au XVIe siècle alors qu’on fabrique un traineau qui ressemble aux luges d’enfants que l’on connaît aujourd’hui. La première compétition officielle de luge a lieu en 1883 entre les villages suisses de Davos et de Kloster. Lors de ce concours, 21 concurrents représentant l’Australie, l’Angleterre, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et la Suisse se disputent la victoire. Deux lugeurs terminent à égalité en parcourant les 4 kilomètres dans un temps de 9 min 15 s, soit une moyenne de 26 km/heure.

C’est en 1913 que l’on fonde le Club international de luge à Dresde en Allemagne. On y aménage une piste et l’année suivante, on présente les premiers championnats d’Europe. Le sport rejoint les rangs de la Fédération internationale de bobsleigh et de tobogganning (FIBT) en 1935. Vingt ans plus tard, on présente les premiers championnats du monde. En 1957, la luge se sépare du bobsleigh et l’on crée la Fédération internationale de luge de course (FIL). Malgré ses racines européennes, la luge devient un sport olympique en 1964 lors des d’Innsbruck.

Mais déjà au Canada, des adeptes du bobsleigh s’adonnent également à la luge. Par exemple, le bobeur Vic Emery, intronisé au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec en 1998, pratique ce sport sur un parcours de ski au Québec. Cet athlète sera le premier champion canadien de luge.

Lors des Jeux d’Innsbruck en 1964, le Canada n’envoie pas d’équipe dans cette nouvelle discipline. Quatre ans plus tard, Linda Crutchfield, intronisée au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec en 1993, fait partie des 71 membres de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de Grenoble. Cette athlète originaire de Shawinigan est membre de l’équipe canadienne de ski alpin de 1959 à 1965. En 1967 et 1968, en plus de pratiquer le ski alpin et le ski nautique, cette adepte de vitesse fait de la luge. Tant et si bien qu’elle sera championne nord-américaine en 1968 et obtiendra une 10e position aux Jeux de Grenoble.

Aujourd’hui, les lugeurs qui glissent sur piste réfrigérée atteignent des vitesses dépassant les 140 kilomètres/heure. Dans certains virages, ils doivent encaisser des forces G de 5, ce qui constitue une force cinq fois supérieure à leur poids corporel. Un sport extrême s’il en est un, bien avant que l’expression ne soit à la mode!

Voyez la séquence vidéo pour avoir un aperçu du courage de ces athlètes.

 

Photo:
Le lugeur canadien Jeff Christie aux Jeux olympiques de Vancouver.
Source: olympique.ca/sports/luge

Séquence vidéo:
La Canadienne Brooke Apshkrum lors d’une descente au Centre olympique de glisse de PyeongChang lors du Championnat du monde 2017.

En référence :
pyeongchang2018.com
olympic.org
pantheondespsorts.ca

Pin It on Pinterest

Share This