Le coureur Frank Lukeman

17 juin 2018

Chercheur en histoire du sport depuis 1995, Paul Foisy est l’auteur d’une biographie consacrée au marathonien Gérard Côté. Auteur de nombreux textes, il a collaboré au «Dictionnaire des Grands Oubliés du sport au Québec», publié en 2013 chez Septentrion.

Francis Lawrence Lukeman est né à Montréal le 20 juin 1885. Celui que l’on surnommait le « Flying Canuck » grâce à la grande rapidité qu’il déployait dans les concours de piste et pelouse, a pris part aux Jeux olympiques de Londres, en 1908 et de Stockholm, en 1912.

Déjà membre du Montreal Amateur Athletic Association depuis quelque temps, Francis Lukeman prend part à sa première compétition d’envergure le 20 septembre 1903 lors des championnats de l’Union canadienne athlétique amateur (UAAC) qui se déroulent à Montréal. Il participe alors aux courses de 220 et 440 verges, sans toutefois se distinguer.

Par la suite, il connait certains succès sur la scène locale en course de vitesse et s’en tire également très bien dans les sauts en hauteur et en longueur. Sur la scène internationale, il connaîtra sa première grande victoire en octobre 1907, lors des championnats intérieurs américains d’athlétisme. À ce moment, il remporte la médaille d’or lors de la course de 150 verges disputée sur la piste du Madison Square Garden.

En janvier 1908, il inscrit des records lors des courses en raquettes de 100, 120 et 220 verges qui se déroulent dans la ville de Québec dans le cadre de la première grande convention de l’Union canadienne des raquetteurs du Canada. Ces records hivernaux qui tiendront la route pendant quelques années témoignent du grand soin que le sprinteur prend de sa forme physique.

Cette même année, il sera à Londres pour les Jeux olympiques. Lukeman prendra part aux épreuves de 100 et 200 mètres, au saut en longueur avec élan et à la course 4 x 400 mètres à relais. Quelques mois plus tard, soit cinq ans après avoir participé à ses premiers championnats canadiens, il met la main sur quatre médailles lors des championnats de 1908. Il obtient la première position aux courses de 220 verges, 120 verges haies, au saut en longueur et obtient une troisième place à la course de 110 verges.

À la fin de la décennie 1900-1910, l’athlète quitte Montréal pour s’installer à Ottawa. En juillet 1911, il sera de l’équipe canadienne présente lors des jeux présentés dans le cadre du « Festival de l’Empire », entourant le couronnement du Roi George V à Londres.

L’année suivante, il prendra part aux Jeux olympiques de Stockholm. Il participera alors aux épreuves de 100 m et 110 m haies, ainsi qu’au pentathlon et au décathlon. S’il ne parvient pas à terminer les dix épreuves du décathlon, il finira en quatrième position lors du pentathlon qui regroupe le saut en longueur, les lancers du disque et du javelot ainsi que les courses de 200 et 1500 mètres.

Quelques mois après les Jeux olympiques, le champion américain Jim Thorpe, médaillé d’or au pentathlon, sera accusé de professionnalisme. On lui retire alors toutes les médailles qu’il a remportées à Stockholm. Par défaut, le Canadien Francis Lukeman devient donc médaillé de bronze au pentathlon. En 1982, on redonne à Jim Thorpe, à titre posthume, les médailles qu’il a gagnées soixante-dix ans plus tôt. Malgré tout, le nom de Francis Lukeman demeure inscrit dans les livres du Comité international olympique comme médaillé de bronze du pentathlon de Stockholm en 1912.

Lorsque le Canada entre en guerre en 1914, Francis Lukeman sera un des premiers à s’engager dans l’Armée canadienne. Il sera blessé et gazé à deux reprises pendant ce conflit qui mettra fin à sa carrière athlétique.

Amputé d’une jambe au mois de mars 1945, l’ancien sprinteur décèdera le 23 décembre 1946, alors qu’il était alité à l’hôpital militaire de Sainte-Anne-de-Bellevue.

Illustration: Collection Sport et Société.

Pin It on Pinterest

Share This