Robert Bédard

5 août 2018

Chercheur en histoire du sport depuis 1995, Paul Foisy est l’auteur d’une biographie consacrée au marathonien Gérard Côté. Auteur de nombreux textes, il a collaboré au «Dictionnaire des Grands Oubliés du sport au Québec», publié en 2013 chez Septentrion. Paul Foisy est également l’éditeur du site Sport et Société depuis 1999.

Robert Bédard est un joueur de tennis né à Saint-Hyacinthe le 13 septembre 1931. Vers l’âge de quinze ans, Robert Bédard s’aventure pour la première fois sur un terrain de tennis sans se douter qu’il deviendra un des meilleurs joueurs de tennis au Canada. Cinq ans plus tard, il remporte le trophée de la Coupe Montréal. Cette victoire l’amène à se concentrer sur son prochain objectif qui est d’obtenir le titre du meilleur joueur canadien.

Pour se faire, il poursuit ses études à l’Université de Los Angeles (UCLA) en 1952-1953.  Il profite du doux climat de la Californie pour jouer au tennis pendant toute l’année, car à cette époque, les terrains de tennis intérieurs n’existent pas au Québec.

Au cour de cette saison passée sous le soleil californien, il peaufine son jeu. À l’été 1953, il devient membre de l’équipe canadienne de la coupe Davis. Sa volonté et sa détermination lui permettront d’être sélectionné pour représenter le Canada en Coupe Davis pendant plus de dix ans, soit de 1953 à 1961 et en 1967. Sa participation à la coupe Davis l’amène à jouer plus de 31 matchs en simple ou en double.

À la fin de l’année 1953, il est classé numéro un de l’Association de Lawn-Tennis de la Province de Québec, l’ancêtre de la Fédération Québécoise de Tennis.

Après une deuxième place en 1954, il remporte les Internationaux du Canada (Coupe Rogers) pour la première fois en 1955. Il répète cet exploit en 1957 et en 1958. Lors de cette compétition internationale, il parvient à gagner le titre en double avec Don Fontana en 1955, 1957 et 1959. Il récidive avec Bob Puddicombe en 1970. Avec Henriette Laframboise, sa partenaire féminine en double mixte, il remporte la finale en 1959.

En 1957, il fait une tournée de trois mois en Europe. Il se rend en quart de finale lors de l’Omnium d’Italie et il cède la victoire au troisième tour à Roland Garos et à Wimbledon. Deux ans plus tard, en septembre 1959, il participe aux Jeux panaméricains à Chicago où il remporte la médaille d’argent en simple.

Au fil des ans, Bédard réussit à se maintenir au sommet des joueurs canadiens. En effet, il est classé numéro un au Canada de 1956 à 1965. Vers la fin de sa carrière, il s’implique dans le développement de sa discipline alors qu’il occupe la présidence de la Fédération québécoise de Tennis de 1967 à 1970. Puis, de 1973 à 1977, il est vice-président de Tennis-Canada et il fait également partie du comité de sélection de l’équipe canadienne de la coupe Davis de 1974 à 1976.

En 1971, il est élu au Temple de la renommée du Collège Loyola. Trois ans plus tard, il joint les rangs des intronisés au Panthéon des Sports canadiens. Le Séminaire de Sherbrooke l’honore en lui décernant un Laureatus alumnuset et, la même année, il reçoit le prix Jubilé de la Reine. En 1991, il est admit au Temple de la renommée du tennis canadien et au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec. Finalement, il entre au Panthéon du tennis québécois en 1995.

Robert Bédard, un des plus grands joueurs de tennis québécois qui a marqué l’histoire du tennis canadien de belle façon.

Photo du haut: yorkregion.com
Photo du bas: tenniscanada.com

 

Pin It on Pinterest

Share This